Compte-rendu du Conseil municipal du 21 février 2019 !

Compte-rendu du Conseil municipal du 21 février 2019 !

Au Conseil Municipal du 21 Février, Jean-Paul Beneytou, le maire, a regroupé sur sa personne, tous les errements dont il a fait preuve depuis 5 ans : incapacité à diriger les débats et plus largement à conduire la politique de la ville, refus d’assurer le respect des lois et réglementations, autoritarisme, mépris pour la vérité des faits.

Quatre exemples de cette triste soirée :

1- Les élus étaient appelés à voter le Budget 2019. Mais un certain nombre de documents obligatoires n’avaient pas été transmis aux élus en temps utile. M. Beneytou s’est opposé au report demandé par Rafika REZGUI et Dominique LACAMBRE arguant le fait que l’opposition TFAC connaissait parfaitement le budget. Patatras ! Deux heures plus tard, sentant venir le risque d’annulation de son budget, M. Beneytou accepte le report du vote et d’une dizaine de délibérations.

2- Jean-Paul Beneytou présente en urgence une motion condamnant le Syndicat Intercommunal de la Restauration, dont il est membre (SIRMC), le menaçant de procédures et de demande de dommages-intérêts. Il oublie toutes les manigances commises depuis 4 ans, le choix de refuser les plats de substitution fabriqués contractuellement, la mise en difficulté des enfants privés de ces plats, le recours quatre ans après à un 2ème prestataire, privé celui-là, sans concertation et sans qu’on en connaisse le coût. L’opposition TFAC a dénoncé l’opacité du dossier et les mensonges tenus lors de différents conseils municipaux (le SIRMC a demandé la démission de l’adjointe à l’enseignement). L’opposition TFAC a soulevé le risque pour les contribuables d’une condamnation en justice de la Commune.

3- Après que le Tribunal Administratif ait annulé 5 dispositions du Règlement Intérieur, à la demande de l’opposition TFAC, celle-ci a été amenée à déposer des amendements au projet du nouveau règlement. Le maire a alors démontré publiquement sa méconnaissance du dossier et le peu de cas qu’il faisait de la loi.

4- L’opposition TFAC a dénoncé le fait que le Point Information Jeunesse ((P.I.J.), transféré de la rue François Mouthon à l’Hôtel de Ville avait été inauguré en grande pompe le 28 juin, avant d’être démoli pour cause de travaux du Conservatoire. Aux frais du contribuable mais à quel prix ? M. Beneytou n’a pas semblé en être affecté.

Bien triste soirée en vérité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>